The Knowledge to Act
More

Blog

How ECOWAS Parliamentarians Are Advancing Gender Equality in Agriculture

Share This

By Moustapha Cissé Lô, December 11, 2018

The ECOWAS Parliament launched its first parliamentary network focusing on gender equality in land, agricultural investments and food security, with support from the Food and Agriculture Organization (FAO), the International Institute for Sustainable Development (IISD), and OXFAM.

His Excellency Moustapha Cissé Lô, the speaker of the ECOWAS Parliament, explains why ECOWAS members are establishing this network. 

** Français ci-dessous**

Moustapha Cisse Lo

Why have the members of the ECOWAS parliamentarians created the Network on Gender Equality and Investments in Agriculture and Food Security?

The ECOWAS Parliament has a crucial role to play in contributing to the development processes of its member countries and in addressing critical issues that affect its constituents. All the West African countries depend highly on agriculture for their development, trade and integration. Therefore, we need to ensure that the needed investment into the agricultural sector contributes, among others, to job creation and access to markets, and that it supports infrastructure without jeopardizing smallholder farmers and entrenching gender inequality further.

ECOWAS countries have been tasked to enforce gender-friendly and inclusive agriculture laws to increase production and improve value chain to achieve Africa's Zero Hunger target by the year 2025. The ECOWAS Parliament recognizes and took commitments to close the gender gap and enhance women's participation in development as a key component for building a just society and achieving political, social, economic, cultural and environmental security among our people.

The parliamentary network will build on these commitments. It seeks to provide a consistent high-level discussion and policy building space among stakeholders in advocating for an increase in and exchange of "best legislative practices" related to gender equality, responsible investment in agriculture and food security.

What’s different about this network?

We want to address gender and social inequality in agricultural investments and promote best practices to protect land rights and facilitate inclusive local development.

This is why the network’s vision is to foster inclusive and gender-equitable agricultural investment in the ECOWAS countries conducive to food and nutrition security and poverty reduction. The network will provide a platform for parliamentarians in the region to learn from each other, share experiences, challenges and successes on matters of gender, land, agriculture and food security.

By maintaining policy dialogue and forming alliances with the ECOWAS Commission, international organizations, academia, civil society and farmers organizations, the network will encourage its members to engage in effective legislation and policies and raise awareness that contributes to transformative change at the regional and country levels.

What are the expected outcomes of the network?

The network is a game changer in the region as it looks to deepen understanding on the trends and responses to address land and inequality for women in agriculture.

It also seeks to engender agricultural investment for improved land governance and food security in Africa. The network will also enrich the conversation on securing women's land rights in Africa among parliamentarians in the region. This will further be reflected by the legislation that members of the ECOWAS Parliament push for within their national assemblies for the benefit of secure, inclusive and gender-conscious investments.  

What’s next for the network?

The network is set to be launched on December 11, 2018, on the sidelines of the second ordinary session. The network is an initiative of the ECOWAS Parliament and will be supported by organizations that share in the vision of the network: FAO, IISD, OXFAM and Women in Law and Development in Africa (WiLDAF).

The network, together with its partners, will agree on an activity plan to improving the network's efficiency and articulate its potential to realize its target. Additionally, the ECOWAS Parliament will define mechanisms and structures related to the function of the network and elect members of the Bureau of the Network. The network will also engage with continental bodies, experts from the region and beyond, and other likeminded institutions and agencies.

The network provides a great opportunity for the ECOWAS Parliament to engage on critical issues and take the lead in defining the regional priorities.

***

Investissements agricoles inclusifs en Afrique de l'Ouest

Comment le Réseau parlementaire de la CEDEAO encourage la sécurité alimentaire, l'autonomisation des femmes et l'investissement dans l'agriculture.

Le Parlement de la CEDEAO va inaugurer le premier réseau des parlementaires portant sur l'égalité de genre, les investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire, avec le soutien de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), de l'Institut international du développement durable (IIDD) et de OXFAM.
 
Son Excellence Moustapha Cissé Lô, président du Parlement de la CEDEAO, explique pourquoi les membres de la CEDEAO créent ce réseau.

Moustapha Cisee Lo

Pourquoi les membres des parlementaires de la CEDEAO ont-ils créé le Réseau sur l'égalité de genre, les investissements en agriculture et la sécurité alimentaire?

Le Parlement de la CEDEAO a un rôle crucial à jouer pour contribuer aux processus de développement de ses pays membres et pour traiter les problèmes critiques qui touchent ses habitants. Tous les pays d'Afrique de l'Ouest dépendent fortement de l'agriculture pour leur développement, leur commerce et leur intégration. Par conséquent, nous devons veiller à ce que les investissements dans le secteur agricole contribuent, entre autres, à la création d'emplois, à l'accès aux marchés et au soutien des infrastructures, sans mettre en péril les petits exploitants et risquer de pérenniser les inégalités de genre.

Les pays de la CEDEAO ont été chargés de faire appliquer des lois agricoles inclusives et respectueuses de l'égalité de genre afin d'accroître la production et la chaîne de valeur afin d'atteindre l'objectif de l'Afrique « Faim Zéro » d'ici à 2025. Le Parlement de la CEDEAO a reconnu et pris l'engagement de combler le fossé qui sépare les hommes et les femmes et d'accroître la participation des femmes au développement. Ces décisions sont une composante essentielle de la construction d'une société juste et de la réalisation de la sécurité politique, sociale, économique, culturelle et environnementale de nos populations.

Le réseau parlementaire s'appuiera sur ces engagements. Il vise à fournir aux parties prenantes un espace de dialogue de haut niveau pour plaider en faveur d'un échange soutenu des "meilleures pratiques législatives" liées à l'égalité de genre, à l'investissement responsable dans l'agriculture et à la sécurité alimentaire.

Quelle est la particularité de ce réseau ?  

Nous voulons lutter contre les inégalités sociales et de genre dans les investissements agricoles et promouvoir les meilleures pratiques pour protéger les droits fonciers et encourager le développement local inclusif.

C’est pourquoi la vision du réseau est de promouvoir dans les pays de la CEDEAO des investissements agricoles inclusifs et équitables en termes de genre qui favorisent la sécurité alimentaire et nutritionnelle et réduisent la pauvreté. Le réseau offrira aux parlementaires de la région une plate-forme pour apprendre les uns des autres, partager leurs expériences, les défis et les succès sur les questions de genre, de foncier, d'agriculture et de sécurité alimentaire.

En entretenant le dialogue politique et en formant des alliances avec la Commission de la CEDEAO, les organisations internationales, les universités, la société civile et les organisations d'agriculteurs, le réseau encouragera ses membres à adopter des législations et des politiques efficaces et à sensibiliser davantage au changement en cours au niveau régional et national. 

Quels sont les résultats attendus du réseau ?

Le réseau est novateur car il cherche à approfondir la compréhension des tendances et à apporter des réponses pour lutter contre les enjeux du foncier et les inégalités entre les femmes dans l'agriculture.

Il vise également à générer des investissements agricoles plus soucieuses sur le genre afin d’améliorer la gouvernance foncière et la sécurité alimentaire en Afrique. Le réseau enrichira également le débat sur la sécurisation des droits fonciers des femmes en Afrique parmi les parlementaires de la région.  Les débats, nous le pensons, se refléteront également dans les législations que les membres du parlement de la CEDEAO plaideront au sein de leurs assemblées nationales dans le but de réaliser des investissements sûrs, inclusifs et soucieux de l’égalité de genre.

Quelle est la prochaine étape pour le réseau?

Le réseau sera inauguré le 11 décembre 2018, en marge de la 2ième session ordinaire. Le réseau est une initiative du Parlement de la CEDEAO et sera soutenu par des organisations partageant la vision du réseau comme la FAO, l'IISD, OXFAM et WILDAF.

Le réseau et ses partenaires conviendront d’un plan d’activité pour améliorer l’efficacité du réseau et définiront le potentiel du réseau pour atteindre son objectif. En outre, le Parlement définira le mécanisme et les structures liés à la fonction du réseau et élira les membres du Bureau du réseau. Le réseau collaborera également avec des organismes continentaux, des experts de la région et au-delà, ainsi qu'avec d'autres institutions et agences qui partagent les mêmes préoccupations.

Le réseau offre au Parlement une excellente occasion de s’engager sur des problématiques critiques et de définir les priorités régionales.